Sobotno francozovanje / Françisage du samedi

M. Besson : Bonjour, Madame Suvon, prenez-vous place, s’il vous plaît.
Mme. Suvon : Merci beaucoup, Monsieur …
M. Besson : Besson. Commissaire Besson. Donc, Madame Suvon, permettez-moi de vous poser quelques questions.
Mme. Suvon : Oui, naturellement.
M. Besson : Alors, Madame Suvon, vous avez été à Cannes samedi, c’est ça ?
Mme. Suvon : Oui, c’est ça. J’ai fait une excursion à Cannes.
M. Besson : Et qu’est-ce que vous avez fait le samedi soir à Cannes ? À vingt heures ?
Mme. Suvon : À vingt heures … J’ai mangé quelque chose à dix-neuf heures vingt dans l’hôtel, dans le restaurant. À vingt heures j’ai pris un livre, je suis allée au jardin après d’hôtel. Là, j’ai trouvé un banc et j’ai lu mon livre, sur le banc.
M. Besson : Vous avez lu votre livre sur un banc après d’hôtel, vous ne sont pas restée dans votre chambre d’hôtel – pourquoi ?
Mme. Suvon : Le soir a été calme et chaud … Il y a bien des fleurs à Cannes, n’est-ce pas, et l’air a senti bon … La musique dans un petit café … Et aussi, le couple d’à-côté a bataillé très haut.
M. Besson : Bon, mais … est-ce que vous avez vu personnes étranges à ce soir ?
Mme. Suvon : Oui, c’est ça. Il y a une grande maison à côte de mon hôtel et j’ai vu deux hommes devant la maison …
M. Besson : À quelle heure, s’il vous plaît ?
Mme. Suvon : À … vingt heures quarante, je crois … Oui, vingt heures quarante : j’ai regardé l’heure. Je n’ai pas voulu lire trop longtemps.
M. Besson : Bon. Et pourquoi ces personnes ont-ils été étranges ?
Mme. Suvon : Ils ont été deux hommes. Un homme a porté un grand bouquet de fleurs et l’autre homme a porté des lunettes de soleil.
M. Besson : Lunettes de soleil ? Le soir ?
Mme. Suvon : Oui, il a porté des lunettes de soleil. Et l’autre homme a porté un grand bouquet des roses rouges. Ils ont sonné à la porte et ils sont entrés.
M. Besson : Et quand ils sont retournés ?
Mme. Suvon : Bientôt. En l’espace de cinq minutes.
M. Besson : Est-ce que ils ont changé ?
Mme. Suvon : Oui, c’est ça. Le bouquet a été là, mais les lunettes de soleil ont manqué. L’homme sans les lunettes a été très fatigué.
M. Besson : Et ensuite ?
Mme. Suvon : Ensuite, ils sont partis. Ils n’ont dit quelque chose. Ils ont été tristes.
M. Besson : Tristes ? Mais … Alors, et ensuite ?
Mme. Suvon : Je suis allée dans ma chambre et j’ai bu un verre de vin. La musique a été encore là et le soir a été miraculeux. Mais, pourquoi avez-vous posé ces questions ?
M. Besson : Alors … les deux sont très dangereux !
Mme. Suvon : Oh.


8 responses to “Sobotno francozovanje / Françisage du samedi

%d bloggers like this: